Selon une enquête publiée ce weekend par le New York Times, le groupe Amazon emploierait des méthodes managériales agressives avec les cadres. Jeff Bezos réagit face à ces accusations.

Jeff-BezosCEO-Amazon

Amazon serait particulièrement agressif avec les cols blancs selon une enquête du NYT

Une enquête publiée ce weekend par le New York Times fait polémique au sein du groupe de Jeff Bezos, Amazon. Le quotidien indique que de nombreuses personnes ayant travaillé pour le géant du -e-commerce, notamment des cadres, ont été malmenées par leurs responsables, avec des méthodes managériales particulièrement agressives.

Jeff Bezos, PDG du groupe et cinquième plus grosse fortune mondiale se défend des dires du New York Times. Il précise que si Amazon maltraitait ses salariés, ils ne pourraient pas évoluer. Agacé par les rumeurs qui courent sur son groupe, il indique que « si vous connaissez d’autres histoires comme celles rapportées, vous pouvez aussi m’envoyer directement un mail à l’adresse jeff@amazon.com ». Diverses informations provenant du NYT indiquent que les salariés du groupe seraient dressés les uns contre les autres pour améliorer les performances de l’entreprise.

colisamazon

Une centaine d’employés interrogés par le New York Times

Le magazine américain a publié un article précisant qu’après avoir interrogé une centaine d’employés du groupe Amazon, ces derniers rapporteraient que les conditions de travail au sein du groupe sont loin d’être idéales. L’un des anciens salariés d’Amazon a indiqué au New York Times qu’il aurait vu pleurer toutes les personnes avec qui il a travaillé. L’article du NYT a jeté un froid dans les entreprises du high-tech et fait fureur sur la toile et les réseaux sociaux. Plus de 3 000 commentaires ont été enregistrés et de nombreux internautes ont réagi sur Twitter appelant à boycotter Amazon.

Jeff Bezos se défend comme il peut et a indiqué que « même si cela devait être isolé, nous devons manifester une tolérance zéro pour tout manque d’empathie de ce genre ». Il continue en indiquant que quiconque resterait dans une entreprise employant des méthodes agressives comme elles sont décrites par le NYT serait fou s’il restait. Jeff Bezos, lui-même indique qu’il quitterait la société. Rappelons néanmoins que lorsqu’une personne signe son contrat d’embauche chez Amazon, elle signe une clause de confidentialité lui interdisant de parler de son travail en dehors de celui-ci.

Le New York Times décrit une société régulée par le Darwinisme volontaire !

Le New York Times décrit dans l’enquête publiée ce weekend, une entreprise aux méthodes managériales agressives et expéditives, que le groupe se séparerait sans ménagement de salariés malades et encouragerait la délation entre collaborateurs. Le New York Times décrit une société régulée par le darwinisme volontaire, ou regarder sa montre est mal vu ou prendre du temps pour s’occuper de son père malade du cancer est jugé problématique ! De son côté, Jeff Bezos a réagi aux accusations du magazine en précisant que l’article ne décrit pas l’Amazon qu’il connaît.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here