A compter du début du mois de décembre, il sera possible de remplir un constat à l’amiable en cas d’accident matériel avec une application mobile.

E constat

Une application pour aider les automobilistes et les professionnels

Une application sous Android et iOS arrivera dès le début du mois de décembre et permettra d’effectuer un constat à l’amiable, dans le cas d’un accident matériel sans blessés impliquant un ou deux véhicules immatriculés en France. Un moyen de faire baisser le nombre de papiers si abondant chez les assureurs et les mutuelles et d’accélérer les démarches pour les automobilistes.

E constat auto

Les constats papiers fêtent leurs 50 ans et resteront valables

Les professionnels des assurances verront leurs flux de papier se désengorger. Un souhait mais également une nécessité pour les assureurs et les mutuelles. Disposer d’un constat sur smartphone permettra également l’accélération du passage des experts automobiles mandatés par les assurances. Les garages qui prennent en charge les véhicules accidentés pourront également être plus rapides, car ils pourront être avertis plus vite et recevoir les papiers nécessaires dans des délais plus courts. Un porte-parole de la fédération française des sociétés d’assurance a indiqué que la dématérialisation sera complète jusqu’à l’étape de signature du contrat, une fois rempli, qui s’effectuera en apposant le doigt sur l’écran du mobile. L’application qui sera proposée à compter du début du mois de décembre 2014 et pourra être téléchargée par tous les utilisateurs de smartphones sous Android ou iOS gratuitement.

L’E-constat a déjà été testé aux Pays-Bas

L’application contiendra les coordonnées du conducteur, les informations sur son permis de conduire, sur son assurance. Il sera juste nécessaire de remplir les données afférentes au constat à proprement parler. Il sera également possible d’ajouter des photos en pièces jointes et le constat pourra être envoyé par les deux parties séparément ou en une seule fois à partir d’un seul smartphone. Depuis 2011, le « e-constat » existe déjà aux Pays-Bas mais ce fut un échec car il n’était utilisé que dans seulement 5% des cas, car trop d’automobilistes n’étaient pas encore formés à cette application et pensaient que la formule papier avait davantage de valeur sur le plan juridique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here