Les hybrides dominent, les compacts plongent

Un marché qui va mal, malgré une pratique de la photo toujours plus populaire

Selon l’institut GFK, le marché des appareils photo numériques a reculé de 26% sur les trois premiers trimestres 2014. Paradoxalement, le prix moyen augmente de 4%, en raison de l’orientation des consommateurs vers des produits plus chers comme les reflex et les hybrides, au détriment des bridges et des compacts.Les compacts justement, sont délaissés du grand public. Enfin, principalement les modèles situés entre 150 et 400 euros qui subissent une sacrée chute. La faute aux smartphones qui sont désormais quasiment aussi performants (comme le Panasonic CM1 que nous avons pris en mains ici), mais qui surtout permettent de partager très rapidement et simplement les images et vidéos capturées, n’obligeant plus à passer par la case ordinateur.

Panasonic DMC-CM1 jpeg (119)Le Panasonic CM1 est un smartphone embarquant le capteur 1 pouce de 20 megapixels (qui équipe les compacts experts de Sony, Canon et Panasonic) associé à une optique fixe Leica 28mm à ouverture f/2.8, et affichant des performances bien meilleures que la majorités des compacts du marché

La folie du gros zoom et de l’abondance de pixels a laissé place à celle du partage via les réseaux sociaux, orientant les consommateurs vers des appareils intégrant le Wifi.

Les hybrides sortent grands gagnants de cette guerre du marché, malgré des débuts difficiles et un marché faiblard en 2013, avec des volumes en hausse de 7% et un chiffre d’affaire en augmentation de 15%. Les raisons sont multiples. Premièrement, les hybrides ne sont désormais plus considérés comme des reflex au rabais. Ils embarquent d’excellents capteurs, processeurs et algorithmes, permettant d’atteindre des performances parfois meilleures que leurs équivalents réflex. Autre progrès : le viseur. Terminé l’écran LCD miniature qui défonce les yeux. Les nouveaux EVF (Electronic Viewfinder) sont de type OLED, bien définis (plus de 2 millions de pixels pour les meilleurs), disposent de dégagements oculaires confortables, et surtout, affichent réellement la photo finale avant la capture. En outre, ils sont plus efficaces pour viser en basse lumière. Le poids est également important, puisque même chez les amateurs, il fait partie des principales raisons pour lesquelles le reflex est délaissé.

olympus e-m10 silver viseul officielViseur confortable, look d’enfert, qualité d’image excellente, dimensions réduites et prix serré, l’Olympus E-M10 est un excellent rapport qualité/prix/plaisir/design

Notons également que la gamme d’objectifs s’est étoffée chez toutes les cosntructeurs du secteur hybride. Le marché s’est ainsi ouvert aux photographes pros et experts avec des appareils très performants (notamment les Fuji X-T1, Sony A7, Panasonic GH4 et Olympus E-M10).

A7S_2Le Sony A7S embarque un capteur plein format et peut capturer des images à une sensibilité dépassant les 400 000 ISO, faisant ainsi mieux dans ce domaine que les meilleurs reflex du marché coûtant presque le triple

Les prix des hybrides se situent généralement en dessous de ceux des reflex, pour des performances équivalentes. Conséquence, les compacts « experts » (qui visent eux aussi les photographes pros et… experts) n’atteignent pas les objectifs de vente (sans mauvais jeu de mot), alors qu’en 2013, ils avaient plutôt bien tenu (à la différence des hybrides qui peinaient encore à convaincre ces photographes à la même période).

Notons enfin qu’en 2014, il devrait se vendre 2,7 millions d’appareils photo, soit 26% de moins qu’en 2013.

L’intégralité de l’étude se situe ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here