Les groupes Orange et Bouygues Telecom devaient se prononcer ce dimanche à propos de leur rapprochement, mais ils n’ont pas attendu la fin du weekend. Ce vendredi 1er avril, ils ont annoncé la fin des négociations.

Orange-et-Bouygues-vers-une-nouvelle-fusion-dans-les-telecoms

Clap de fin pour le rapprochement entre Orange et Bouygues Telecom !

Les opérateurs Orange et Bouygues Telecom devaient se prononcer sur leur mariage ce dimanche 3 avril 2016 mais ils n’ont pas attendu la fin du weekend et viennent d’annoncer que leur rapprochement n’aura pas lieu et mettent fin aux négociations en cours. Martin Bouygues n’aurait pas proposé un montant assez important pour satisfaire Stéphane Richard et la répartition des actifs entre les opérateurs posaient problème.

Au grand regret de Stéphane Richard et des dirigeants du groupe Orange, les négociations pour un éventuel mariage avec Bouygues Telecom ont été arrêtées. Les discussions entre les quatre opérateurs s’avéraient complexes et l’Etat avait également posé ses conditions. Rappelons que l’Etat, actionnaire du groupe Orange, ne veut pas voir sa part être inférieure à moins de 21%. Bpifrance et l’Agence des participations de l’Etat détiennent respectivement 9,6% et 13,45% du groupe Orange, soit un total de 23%. Pour maintenir trois sièges au conseil d’administration, ils ne veulent pas descendre en dessous de 21% de participation.

Orange-Bouygues_fusion-alliance

Trop de freins pour que les négociations puissent aboutir

Selon un communiqué de presse publié ce jeudi matin, les opérateurs indiquaient que les négociations n’étaient pas « suffisamment avancées » et avaient reporté leur décision au dimanche 3 avril 2016. Orange et Bouygues devaient encore s’entendre sur la répartition des actifs et recevoir l’accord de l’Autorité de la Concurrence. Si cette dernière ne donnait pas son accord, les négociations auraient été repoussées et la popularité des deux groupes aurait été mise à mal.

De plus, Free ne souhaitait pas obtenir certains actifs, au niveau des antennes. Iliad, maison-mère de l’opérateur voulait des emplacements cédés par Bouygues Telecom mais pas les antennes. SFR et Free devaient également s’entendre et Xavier Niel aurait ajouté diverses conditions au fil des négociations. Martin Bouygues est également au cœur de cet échec de rapprochement car il a demandé 10 milliards d’euros et n’a pas souhaité négocier le montant à la baisse. Après trois mois de négociations, les opérateurs ne sont pas arrivés à trouver un terrain d’entente et le rapprochement entre Orange et Bouygues Telecom n’aura pas lieu. Orange a indiqué ce vendredi soir « À l’issue de discussions approfondies, le Conseil d’Administration d’Orange a constaté qu’un accord en vue d’un rapprochement avec Bouygues Telecom n’a pu être trouvé. Il a donc été décidé de mettre un terme aux discussions ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here