Google avait été assigné en justice par trois auteurs estimant que ce dernier numérisait illégalement leurs livres sans leur consentement. La justice vient de donner raison à Google qui peut continuer à développer sa bibliothèque numérique géante, initiée en 2004.

googlebooks

Bibliothèque numérique géante : Google peut désormais poursuivre son projet

Depuis 2004, le géant du Web Google numérise des ouvrages et compte bien créer une bibliothèque numérique géante, comportant tous les livres disponibles sur la planète. Le projet Google Books était lancé mais divers auteurs avaient assigné la firme de Mountain View en justice pour avoir numérisé des ouvrages sans leur autorisation, dénonçant la violation de droits d’auteur. Mais la Cour suprême des Etats-Unis vient de statuer et autorise Google à poursuivre son projet de numérisation d’ouvrages.

google-books

Le recours des écrivains affirmant que Google Books enfreignait leurs droits d’auteur a été rejeté par la Cour suprême des USA ce lundi 18 avril. Le géant du Web n’est donc pas inquiété et peut continuer de numériser les ouvrages du globe. La bataille judiciaire entre des écrivains et Google dure depuis plus de dix ans et les auteurs estiment que le groupe américain numérise illégalement des millions d’ouvrages sans verser le moindre centime pour les droits d’auteur. Une plainte avait déjà été déposée et rejetée par la justice. En octobre dernier, le juge Denny Chin estimait que Google Books était un outil de recherche permettant d’accéder à des extraits d’ouvrages, offrant une « utilisation équitable », régie par la loi américaine sur les droits d’auteur.

Google Books, ce sont plus de 20 millions d’ouvrages déjà numérisés dont seulement quelques-uns sont accessibles sans payer de droits d’auteur. Google estime que ce produit offre une manière de trouver et d’acheter des livres tout en améliorant les intérêts des auteurs. L’intégralité des livres ne serait pas scannée mais seulement des extraits, permettant aux lecteurs de trouver ce qu’ils recherchent sur la toile. Des renvois seraient intégrés pour permettre aux lecteurs ayant lu les extraits des ouvrages de les acheter. La firme de Mountain View peut donc poursuivre son projet de numérisation de l’ensemble des ouvrages de la planète sans craindre une action en justice ou une amende.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here