A l’occasion de la présentation de son rapport annuel ce vendredi 8 avril, la CNIL a indiqué être en faveur du chiffrement des données et que les backdoors représentent une mauvaise idée.

cnil logo

La CNIL n’est pas favorable à l’installation de portes dérobées

A l’occasion de la présentation de son rapport annuel ce vendredi 8 avril 2016, la Cnil a indiqué être officiellement contre l’installation de backdoors, que l’on appelle les portes dérobées. Elles représentent un accès aux terminaux pour les autorités, sans l’accord de l’utilisateur. Toujours à la recherche de la protection de la vie privée des consommateurs, la Cnil s’oppose fermement à la mise en place de ces portes dérobées.

Les portes dérobées sont demandées aux constructeurs par de nombreux pays, et permettraient, dans certains cas, notamment d’enquêtes criminelles d’avoir un accès aux terminaux des suspects. La dernière affaire en date concerne la marque à la Pomme qui n’a pas souhaité donner accès à l’iPhone 5C de l’un des auteurs de la tuerie de San Bernardino. Apple s’est fortement opposé à l’ouverture de portes dérobées et le FBI s’est tourné vers une société tierce pour pirater l’iPhone en question et accéder aux données de l’auteur des faits.

CNIL-isabelle-falque-pierrotin

Isabelle Falque-Pierrotin, présidente de la Commission Nationale Informatique et Libertés s’est fermement opposée à l’ouverture de portes dérobées au sein des terminaux mobiles indiquant lors de la présentation du rapport annuel de la Cnil ce 8 avril que ces backdoors comportent bien trop de risques pour les libertés individuelles. Depuis les révélations faites par Edward Snowden, ex-agent de la NSA, les portes dérobées sont au cœur de la tourmente. Depuis ces révélations, de nombreuses entreprises ont mis en place des dispositifs de chiffrement des données pour que ces dernières soient inviolables.

La CNIL a très clairement indiqué plaider en faveur du chiffrement des données personnelles. Elle indique que cette technologie est nécessaire pour garantir le droit à la vie privée et se positionne comme un élément essentiel pour garantir le droit à la vie privée des personnes. La CNIL explique que le chiffrement des données permet de « protéger les personnes et leur vie privée, afin de garantir leurs droits fondamentaux. Le chiffrement est un élément vital de notre sécurité qui permet de protéger les systèmes d’information. Elle contribue à la robustesse de notre économie numérique et contribue à promouvoir l’essor de l’économie du numérique ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here