Afin de rééquilibrer le marché, des eurodéputés ont demandé une scission de Google afin de dissocier les moteurs de recherche des autres services commerciaux

Google logo

Dissocier les moteurs de recherche des autres services commerciaux

Telle est la dénomination de la motion demandée par certains Eurodéputés du Parlement Européen à l’encontre du géant du Web, Google. Le Parlement Européen a décidé de contrer l’influence prédominante de Google et d’autres groupes, mais le géant de Mountain View représenterait 90% de parts de marché et serait clairement ciblé.

parlement

Le Parlement Européen pourrait voter une motion agressive contre Google

Google est dans la ligne de mire du Parlement Européen car il a une position dominante et inquiète certaines Eurodéputés qui demandent que les moteurs de recherche soient dissociés des autres services commerciaux. Une motion agressive a été demandée. La firme de Mountain View n’est pas visée directement mais sa part dominante sur le marché, estimée à plus de 90% laisse sous-entendre que Google est ciblé. Comme l’indique Reuters, l’objectif est de garantir des règles équitables. Les Eurodéputés sont inquiets et veulent limiter le pouvoir du géant du Web. Des avocats avaient déjà déposé des plaintes à l’encontre de Mountain View en 2010 pour que des règles équitables soient établies mais cette affaire traîne encore.

Margrethe Vestager, qui vient d’hériter des fonctions de Joaquim Almunia est en charge du dossier et va s’occuper d’éclaircir cet abus de position dominante de Google. La Commissaire veut prendre en considération les avis de toutes les parties avant de se prononcer et de prendre une décision dans ce dossier. Reuters indique que les Eurodéputés Allemands et Espagnols seraient les premiers à vouloir qu’une motion soit appliquée. Cette motion demanderait à la Commission à considérer que de scinder les moteurs de recherche des autres services commerciaux serait une solution intéressante. Une proposition de motion est attendue cette semaine avec un vote ce jeudi selon le quotidien The Financial Times.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here