La Commission Européenne estime que les dernières propositions effectuées par Google ne sont « pas acceptables » vient de déclarer ce vendredi 20 décembre 2013 le commissaire européen chargé du dossier, Joaquim Almunia.

Google est soupçonné de de ne pas jouer le jeu de la concurrence sur les marchés de la recherche et de la publicité en ligne. Le géant du Web devait faire des propositions à la Commission Européenne. Un dossier avait été ouvert en 2011 à l’encontre de Google pour entrave à la concurrence. Le commissaire chargé de ce dossier, Joaquim Almunia souhait que Google fasse parvenir de nouvelles propositions afin que les offres des concurrents apparaissent davantage dans son moteur de recherche. Selon toute vraisemblance, le rapport ne sera pas bouclé avant la fin du mandat du commissaire européen qui prendra effet en février 2014. Pourtant Joaquim Almunia qui avait reçu Eric Schmidt en décembre 2012 était plutôt satisfait des engagements qui avaient été prix lors de cet entretien. Il précisait que les divergences avaient été substantiellement réduites. Joaquim Almunia pensait établir avec le géant du Web un accord amiable.  Cependant, les dernières propositions reçues par le commissaire la semaine dernière ne sont d’après lui « pas acceptables » car elles ne vont pas résoudre le problème qui était souligné concernant l’entrave à la concurrence.

Commission Européenne

Pour l’instant, aucune sanction n’est prise à l’encontre de Google

Dans une interview avec Radio Nacional de España, Monsieur Almunia a déclaré: « les propositions ne sont pas en mesure d’éliminer nos inquiétudes concernant la concurrence, en particulier la manière dont les concurrents de Google sont traités dans le domaine des recherches verticales, c’est-a-dire en matière de comparaison de produits ou de prix, de recherche de restaurants, etc… » Monsieur Almunia ne prendra cependant pas de sanctions à l’égard de Google mais il lance un avertissement. Il précise: « pour le moment la balle est toujours dans le camp de Google, mais elle va bientôt revenir dans notre camp, et ce sera le moment de prendre des décisions ». A l’heure actuelle, Google ne semble pas vouloir modifier ni revenir sur ses propositions. Le groupe a indiqué via un porte-parole qu’il avait bien entendu les craintes de la Commission Européenne et qu’ils effectuent des changements pour apaiser les inquiétudes en augmentant la visibilité des services concurrents.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here