FujiFilm Japon a développé un nouveau genre de capteur CMOS (Complementary Metal-Oxyde Semiconductor) qui utilise une sorte de film organique de conversion photoélectrique. Pour l’heure, le développement est encore en cours mais déjà, le capteur peut capturer une image monochrome. Cette technologie avait déjà été concrétisée mais le capteur prenait alors la forme d’un tube de 10 cm de long, difficile à intégrer dans un appareil photo compact ! Fuji vient d’arriver à intégrer cette technologie sur un capteur plat et plan. Le capteur CMOS organique se comporte presque comme un film argentique, le spectre lumineux traversant successivement les trois couches.

CMOS organique – Fruit de l’expérience argentique Fuji
FujiFilm a depuis des décennies une expérience empirique dans le domaine du film photo organique. Ce savoir-faire légendaire allié à leur plus récente expérience dans le développement de capteurs CCD (Super CCD chez Fuji) leur a permis de réaliser cette grande première. Le développement de ce capteur photo organique pourrait bien bouleverser le visage de la photo numérique. Même si on ne sait absolument pas à quelle échéance, Fuji espère pouvoir commercialiser ce nouveau genre de capteur, on sait qu’il faudra certainement compter avec dans un avenir à moyen terme.

Capteur CMOS organique Fuji – Le capteur idéal ?!
FujiFilm considère ce type de capteur comme idéal du fait de sa structure. Les capteurs existants ne captent qu’une partie de la lumière en fonction de sa longueur d’onde, la lumière étant filtré par une matrice de Bayer. Par exemple, pour obtenir un vert, le rouge et le bleu sont exclu du spectre pour ne retenir que le vert. Le CMOS organique, lui, utilise l’intégralité de la lumière et chaque rayon est filtré en vertical, couche par couche, un peu comme le film argentique. Ainsi, la quantité de lumière recueillie par le capteur est triplée par rapport aux solutions existantes.

CMOS organique de FujiFilm – Un film numérique
Cette technologie, qui se rapproche tellement du film argentique, mais en numérique, fait tout de suite penser à la technologie Foveon (utilisée uniquement sur les reflex numériques Sigma). Cette solution nécessite une conversion compliquée des informations pour restituer la couleur souhaitée. Le capteur CMOS organique en développement par FujiFilm quant à lui offre la même réaction que le film argentique. En effet, Fuji a appliqué sa technologie de colorants utilisée dans le film argentique.

Capteur CMOS organique – Les avantages
Les avantages de ce capteur CMOS organique, une fois finalisé, seront déjà une réduction du coût de fabrication et une bien meilleure sensibilité du capteur. Cela signifie qu’il ne sera plus nécessaire d’équiper chaque pixel d’une microlentille. Ce type d’annonce nous fait penser que, si les technologies actuelles ont l’air extrêmement abouties, nous ne sommes certainement qu’aux balbutiements de la photo numérique. Le futur s’annonce passionnant.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here