Le FBI aurait fait appel à des hackers et non à une société tierce pour débloquer l’iPhone Diverses sources indiquaient qu’une société israélienne avait aidé les enquêteurs du FBI pour débloquer l’iPhone 5C de l’un des auteurs de la tuerie de San Bernardino, sans faire appel à la marque à la Pomme, mais selon de […]

Le FBI aurait fait appel à des hackers et non à une société tierce pour débloquer l’iPhone

Diverses sources indiquaient qu’une société israélienne avait aidé les enquêteurs du FBI pour débloquer l’iPhone 5C de l’un des auteurs de la tuerie de San Bernardino, sans faire appel à la marque à la Pomme, mais selon de nouvelles rumeurs, cette version serait peut-être erronée. Contrairement aux premières informations qui ont fuité sur la toile, le FBI n’aurait pas fait appel à cette société tierce mais à des hackers professionnels qui auraient piraté le smartphone de l’auteur des faits.

apple

Apple a toujours refusé d’aider les enquêteurs du FBI pour respecter la vie privée de ses utilisateurs et reste catégorique sur le fait de ne pas vouloir ouvrir de portes dérobées au sein des iPhone. Le FBI devait donc trouver une autre méthode pour pouvoir accéder à l’iPhone de l’un des auteurs de la tuerie de San Bernardino. Toutefois, fin mars, le FBI s’est fendu d’un communiqué officiel, annonçant être parvenu à déchiffrer l’iPhone en question… sans l’aide d’Apple : « le gouvernement a maintenant pu avoir accès aux données stockées sur l’iPhone de Farook et ne requiert en conséquence plus l’aide d’Apple, mandaté le 16 février 2016 par un ordre de la Cour le contraignant à assister les agents dans leurs recherches« .

FBI

Evidemment, le FBI ne donne aucun détail concernant la manière dont il est parvenu à contourner les différentes sécurités mises au point par Apple pour chiffrer iOS. Il admet cependant avoir fait appel à une société tierce qui lui a permis de venir à bout du cryptage, et certains évoquent l’implication de la société Cellebrite. Mais le Washington Post a révélé ce mardi 12 avril 2016 que le FBI n’aurait pas bénéficier de l’aide de la start-up israélienne Cellebrite mais fait appel à des hackers professionnels qui auraient découvert une faille dans le logiciel de l’iPhone 5C ciblé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here