Notre avis concernant le récent Dark Souls 3, disponible sur PlayStation 4, XBox One et PC.

Dark Souls 3, en route pour le GOTY 2016

Les joueurs qui suivent l’actualité jeu vidéo, et plus particulièrement l’équipe de From Software, ont d’ores et déjà du passer quelques dizaines d’heures sur Dark Souls 3, le dernier projet en date du studio, disponible depuis quelques jours en boutiques. En effet, après un Bloodborne assez extraordinaire, et exclusif à la PlayStation 4, l’équipe de Hidetaka Miyazaki a tenu à clore le chapitre Dark Souls, avec ce troisième (et dernier) opus, disponible sur PlayStation 4, Xbox One et PC.

Dark Souls 3 PS4

Pour la petite histoire, ce Dark Souls 3 place le joueur dans la peau d’un Morteflamme, un chevalier à personnaliser en début d’aventure, qui va devoir s’aventurer sur les terres de Lothric, afin de sauver le « feu », et terrasser les différents seigneurs du coin, pour tenter de ramener un semblant de paix dans le Royaume. Un scénario qui ne bénéficie que de très peu d’éléments narratifs, comme toujours chez From Software, et ce sera au joueur, et à lui seul, de dénicher la plupart des secrets enfouis dans ce Dark Souls 3, au niveau de l’histoire donc, mais aussi du gameplay et des secrets.

Dark Souls 3 bis3

En effet, à l’instar d’un Bloodborne, le jeu ne donne que très peu d’éléments concernant la marche à suivre, et si le hub central du jeu (Sanctuaire de Lige Feu) va permettre d’évoluer, d’acheter des objets, des sorts ou encore d’améliorer ses armes, le reste du jeu devra être exploré par le joueur, dans l’espoir de trouver l’antre du boss, ou la précieuse porte qui permettra de progresser dans l’aventure. Pas de map, pas de boussole, pas de radar, pas de notes… simplement le joueur, livré à lui-même, avec sa mémoire, son courage, et sa patience.

Dark Souls 3

En effet, comme toujours dans la saga, ce Dark Souls 3 risque de faire criser plus d’un joueur, la faute (ou « grâce ») à un gameplay pour le moins punitif, avec des ennemis qu’il ne faudra jamais sous-estimer, au risque de périr en quelques secondes. Des affrontements plus rythmés qu’auparavant, avec la possibilité de manier une arme à deux mains, une arme plus compacte et un bouclier, ou encore une épée et un élément magique, un fouet, voire un simple bâton de mage pour les plus courageux. Côté armure, là encore, ce sera au joueur de privilégier un chevalier expert du corps à corps, doté d’une armure puissante mais un peu lourde, ou au contraire, un personnage plus svelte, expert en esquives et en magies. Les affrontements de ce Dark Souls 3 sont ainsi relativement nerveux, et demandent un timing très (très) précis.

Dark Souls 3 bis2

Bien sûr, outre les ennemis « standards », Dark Souls 3 regorge de mini-boss à affronter, mais également d’ennemis très imposants, qui donnent alors lieu à une mise en scène encore plus épique, avec une musique d’ambiance, mais aussi des effets graphiques d’une beauté juste sidérante par moments. Au joueur de trouver la faiblesse de ce boss gigantesque, qui parait absolument imbattable de prime abord… Un petit côté frustrant parfois certes, mais quel bonheur de parvenir à terrasser un boss après plusieurs minutes d’attaques et d’esquives, sans oublier ce mélange de satisfaction et de peur qui intervient lorsque le joueur ouvre une nouvelle porte.

Dark Souls 3 bis

Techniquement, l’ensemble bénéficie d’un design absolument époustouflant, avec des décors très travaillés, très torturés, et un jeu qui mise souvent sur la verticalité pour permettre au joueur d’atteindre une certaine hauteur pour observer les environs, et tenter de mémoriser un chemin par exemple, avant de s’engouffrer à nouveau des ces maudits marécages. Les niveaux sont truffés de raccourcis et autres passages cachés, avec quelques précieux feux disséminés ça et là, véritable providence, puisque ces derniers permettent de restaurer la santé et de se téléporter au Sanctuaire. Le joueur qui ne prendra pas la peine de fouiller chaque recoin pourra évidemment passer à côté de certains trésors, mais également à côté de certaines zones de jeu, particulièrement vastes, incluant un ou plusieurs boss à terrasser. Certes, on note quelques carences purement techniques (aliasing, rallentissements..), mais Dark Souls 3 est une vraie baffe technique dans l’ensemble, pour qui lèvera un peu les yeux et prendra le temps de s’arrêter quelques secondes parfois pour observer les environs. A noter également des temps de chargement très acceptables ici, contrairement à Bloodborne à son lancement…

Notre verdict

From Software nous livre un Dark Souls 3 absolument magistral, avec un jeu qui réserve de nombreuses séquences épiques et un univers particulièrement vaste, qui mettra à l’épreuve la mémoire du joueur, mais également son courage, sa patience et son sens de l’observation. Techniquement, le level design est sans doute ce que l’on a pu voir de plus abouti à l’heure actuelle, même si le jeu accuse certaines carences parfois. Chaque combat est une épreuve, chaque victoire procure un sentiment de satisfaction assez intense, et les différents boss du jeu resteront gravés dans les mémoires des plus courageux qui seront parvenus à les faire trépasser. Un pur plaisir (un peu masochiste donc) qui nécessitera au minimum 40 heures pour voir le fin mot de l’aventure… avant de recommencer le jeu en optant pour un autre style de personnage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here