La grosse exclusivité Microsoft, Quantum Break, est de sortie ! Il est grand temps de jouer avec le temps sur Xbox One !

Quand la Xbox One arrête le temps

En développement depuis déjà quelques années du côté de chez Remedy Entertainment, Quantum Break fait partie des jeux exclusifs à la Xbox One de Microsoft (et Windows). Un jeu très (très) attendu par les fans de la console américaine, impatients de découvrir ce titre dont les différents trailers laissaient présager d’une action omniprésente, avec au passage une manipulation temporelle toujours aussi appréciée chez Remedy, sans oublier une réalisation technique qui s’annonçait juste renversante. En effet, le studio est à l’origine de la saga Max Payne, mais également du plus récent Alan Wake, exclusif à la Xbox 360. Quantum Break sera disponible dans quelques jours en boutiques, mais nous avons déjà eu l’opportunité de tester le jeu, et même de le terminer à plusieurs reprises. Si si !

Quantum Break Intro

Ainsi, Quantum Break place le joueur dans la peau de Jack Joyce (interprété par Shawn Ashmore), le frère du scientifique William Joyce (Dominic Monaghan), qui va rapidement se retrouver au coeur d’une véritable apocalypse temporelle, orchestrée notamment par son ami Paul Serene, interprété par le brillant Aidan Gillen. Pour ce Quantum Break, Remedy a décidé de reprendre le côté très narratif instauré avec Alan Wake, mais en le poussant ici à son paroxysme. En effet, en plus d’une intrigue très dense, et assez chargée en informations, documents et autres enregistrements à récupérer sur le champ de bataille, chaque chapitre du jeu est ponctué par un épisode (avec de vrais acteurs donc) de la série TV Quantum Break, d’une bonne vingtaine de minutes.

Quantum Break 3

En effet, afin d’immerger au maximum le joueur dans l’ambiance, les développeurs ont choisi de mélanger le jeu vidéo à une véritable série TV, dans laquelle on retrouvera bien sûr tous les acteurs ayant participé à la modélisation des différents personnages. Chaque chapitre est ainsi ponctué d’un épisode de 20 minutes, dont le contenu dépendra du (des) choix du joueur en amont. Sans trop en dire, à la manière d’un Life is Strange, le jeu demandera à certains moments clés de faire un choix fatidique, qui influera sur le déroulement du jeu, comme de la série. Concrètement, si ce mélange jeu/série TV parait intéressant de prime abord, on regrette assez rapidement des épisodes un peu trop longs, qui plus est sans beaucoup d’action, au profit d’explications et autres échanges entre les personnages. Certes, cela permet d’en apprendre (beaucoup) sur le scénario, mais il faut admettre que cela peut également plomber un peu le rythme, un peu moins soutenu qu’escompté d’ailleurs…

Quantum Break 2

Ceux qui s’attendaient à un clone de Max Payne seront un peu désabusés avec ce Quantum Break. Certes, l’action est très présente, certaines phases sont assez jouissives à jouer et à regarder, mais la narration prend également une place très importante dans le jeu, et outre la série TV, il faudra également passer par de nombreuses phases de dialogues, sans oublier des tonnes de documents à récupérer, et à lire si possible si on souhaite comprendre le fin mot de l’affaire. Certains chapitres s’affranchissent ainsi de la moindre phase d’action, pour privilégier la plateforme, la recherche, et parfois même un peu (très peu hein) de réflexion. Evidemment, Jack Joyce profite de différents pouvoirs temporels, à collectionner au fil des chapitres, et l’on pourra notamment lancer une bulle temporelle sur les ennemis, s’enfermer dans une bulle pour stopper les balles, mais également bénéficier d’un déplacement ultra rapide pour surgir derrière l’ennemi, sans oublier la vision temporelle, qui met en surbrillance les différents objets clés. A ce sujet, Quantum Break n’est clairement pas un jeu ardu, ce dernier indiquant en permanence au joueur le prochain objectif, ou même la résolution d’une « énigme ».

Il est également bon de souligner que ce Quantum Break joue ouvertement la carte du jeu old school, avec une aventure 100% solo, et pas la moindre trace de multi et autres fonctionnalités online, hormis un petit comparatif des différents choix avec la communauté… Un jeu « à l’ancienne » en quelque sorte, même si une connexion web est nécessaire pour streamer les épisodes de la série TV… à moins d’opter pour le téléchargement de cette dernière, et de télécharger alors pas moins de 75 Go de données.

Quantum Break 1

Techniquement, ce Quantum Break était évidemment très attendu, et force est d’admettre que l’ensemble, bien que très agréable globalement, déçoit un peu. En effet, si les effets spéciaux (ondes temporelles, explosions…) ou encore les effets de lumière figurent certainement parmi les plus beaux jamais vus sur console, on regrette l’usage de nombreux filtres graphiques, qui confèrent un grain très particulier à l’image, avec notamment un bruit parasite très présent. Idem en ce qui concerne le personnage principal, qui  semble avoir souffert d’une compression abusive, ou encore des différents objets au loin que l’on voit s’étoffer comme par magie (il suffit par exemple de zoomer pour voir un arbre gagner subitement en feuillages, ou encore des ombres et des détails apparaître sur un élément…). A ce sujet, on notera également des chargements très (très) fréquents et (trop) longuets, sans oublier quelques bugs graphiques ou encore des phases de plateformes très approximatives par moments. Globalement, on le répète, l’ensemble reste très agréable en fonction des chapitres, mais certaines carences techniques et autres concessions graphiques sauteront immédiatement aux yeux des plus tatillons.

Côté gameplay, si les animations sont ultra travaillées (tout comme la motion capture), on pestera parfois face à quelques phases de gunfights assez répétitives dans l’ensemble… et parfois même sans grande saveur bizarrement. En effet, on repère rapidement les différentes arènes de combat, et il faudra systématiquement venir à bout des ennemis (presque tous identiques en passant) pour faire progresser le scénario. Un côté trop « old school » pour le coup… Heureusement, les pouvoirs temporels donnent lieu à quelques très belles phases en revanche, et ces derniers seront indispensables pour se sortir indemne de diverses situations, en phase de combat comme en phase de plateforme. A noter au passage la présence de très nombreux éléments destructibles, ce qui offre un dynamisme accru à certaines phases, notamment dans les bureaux ou laboratoires, qui fourmillent de petits éléments qui ne demandent qu’à exploser sous le feu nourri des pistolets, mitraillettes et autres fusils d’assaut.

[youtube id= »tiSAuwNKIwc » width= »620″ height= »360″]

En ce qui concerne la durée de vie, terminer ce Quantum Break nous a demandé environ 8 heures de jeu, en mode de difficulté Normal. Bien sûr, les choix effectués influent sur le reste du scénario, et l’on aura donc vite fait de remonter la chronologie et changer ses choix, pour rejouer certains chapitres et observer les différents scénarios alternatifs. Cela sera également impératif pour récupérer tous les objets cachés dans les niveaux pour les adeptes du 100%, ce qui ne demande d’ailleurs pas un talent immense, étant donné que la vue temporelle vous affiche tous les éléments à proximité.

Notre verdict

Au final, ce Quantum Break reste une bonne expérience, mais on en attendait davantage de la part des géniteurs de Max Payne et Alan Wake. Ces derniers se sont peut-être un peu trop concentrés sur la narration, au détriment d’un rythme chancelant et d’une action pas toujours très fun, malgré des effets visuels d’une beauté impressionnante. Techniquement, l’ensemble tient la route, même si le jeu souffre malgré tout de quelques carences bien visibles et de trop nombreux effets post process, qui donnent un grain très particulier (et parfois peu soigné) au jeu. Une bonne expérience malgré tout et un jeu très ambitieux dans l’ensemble (peut-être trop finalement…), même si on regrette indéniablement un côté moins « inoubliable » au final que ses illustres prédécesseurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here